Archives par mot-clé : entrevue

Entretien avec Rina Marchand (Fondation de l’entrepreneurship) sur l’entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes

Afin de réaliser cet étude, nous avons fait appel à la directrice principale, contenu et innovation à la Fondation de l’entrepreneurship afin qu’elle puisse donner sa vision de l’entrepreneuriat chez les femmes et les jeunes.

La Fondation de l’entrepreneurship a pour mission de valoriser la culture entrepreneuriale et de stimuler l’entrepreneuriat au Québec.

L’experte interrogée a une expertise de pointe dans le domaine. Elle oeuvre à la Fondation depuis 2008, où elle a d’ailleurs occupée le poste de directrice des communication et mise en marché. Notons également qu’elle dispose d’impose d’un diplôme du Massachusetts Institute of Technology (MIT) en entrepreneuriat.

Nous avons d’abord questionné notre experte sur les différences entre les femmes et les hommes entrepreneurs. Il semble que partout à travers le monde, il y ait une prépondérance d’hommes qui sont en affaires. Or, elle a toutefois souligné que lorsque qu’on questionne les hommes et les femmes sur leurs intentions d’entreprendre, on remarque que, chez les femmes, il y a une plus forte proportion de ceux qui avait l’intention d’entreprendre qui passent à l’action, contrairement à leurs comparses masculins. Un second constat que Rina Marchad a tenu à souligner que les femmes entreprennent plus par « nécessité » que par opportunité. Comme le mentionne Marchand, « Plutôt que de dire “j’ai une bonne idée d’affaires”, souvent elles vont se lancer parce qu’elles n’ont pas le choix pour sécuriser leurs revenus ». Ainsi, à l’instar des hommes, elles ont parfois moins une vision de croissance.

Au Québec, on assiste à un essor de l’entrepreneuriat féminin. Selon Mme Marchand, cela est attribuable é l’émergence de groupe de soutient pour les femmes. De plus, des études montrent que cet essor est également en lien avec les mentalités des nouvelles générations d’entrepreneurs, à savoir la génération C (nés entre 1984 et 1996). Cette génération semble voir moins de risques et se lance ainsi plus facilement en affaires.

Nous nous devions de questionner la directrice par rapport à la suffisance des mesures d’encouragement mises en place par le gouvernement québécois. Mme Marchand a tenu a tous doivent mettre des efforts en soulignant au passage que même les dirigeants des petites localités doivent encourager l’entrepreneuriat. Or, elle a tout de même mentionnée le Défi de l’entrepreneuriat jeunesse, une initiative qui relève directement du Premier Ministre, et qui semble avoir favorisé un bon nombre d’activités entrepreneuriales. Selon elle, la clé pour favoriser l’entrepreneuriat est l’accompagnement.

Il semble toutefois qu’il y ait moins de mesures qui cible directement les femmes et que certains efforts seraient ‘il y a eu des efforts de faits pour que les femmes aillent dans tous les métiers possibles, mais ont dirais que quand vient le temps de parler d’entrepreneuriat il y a peut-être certains efforts qui sont à mettre ».

Le Québec accuse un retard entrepreneurial par rapport au reste du Canada. Selon elle, la langue pourrait être une barrière, mais il semble que cela soit une question de culture. En effet, les Québécois sont, certes, très créatifs, mais il apparaît qu’ils ont peur du risque. Cependant, comme le mentionnant Mme Marchand, les nouvelles générations sont prêtes à risquer davantage. On remarque toutefois que cette génération C semble davantage exister pour réaliser une passion que pour remplir un besoin, et selon Rina Marchand, il s’agit là du danger chez cette nouvelle génération.

Finalement, elle nous fait des exemples à suivre. Au Québec, Shawinigan et Lotbinière ont su dynamiser l’entrepreneuriat. Au niveau mondial, Singapour, malgré sa petite taille, a mis en place un système remarquable où les entrepreneurs sont encadrés par d’importants réseaux. Lyon, en France, a une forte culture entrepreneuriale puisque les universités en font une promotion active et on y tient dans cette ville le World Entrepreneurship Forum.

Le hockey maintenant, il n’y a plus un jeune qui n’ait pas une paire de patins dans les pieds en naissant. On va les accompagner, on va les amener aux pee-wee, les bantam etc., mais pourquoi ça ne serait pas comme ça en entrepreneuriat ? Pourquoi on ne serait pas aussi heureux d’accompagner nos jeunes là-dedans?

Au Québec, les médias semblent accorder de plus en pus d’importance aux entrepreneurs et il semble naître un certain vedettariat. Heureusement, il y a un vent de changement, mais il est plus « timide » chez les femmes.

Maxime Gauvin

Adriane Paquin-Côté