Archives de catégorie : Le vieillissement de la population

Vieillir est-ce un problème pour la société?

Quel est la problématique du vieillissement de la population?

Le sujet de recherche choisi porte principalement sur la population vieillissante au Canada et au Québec.  Selon nous, il est  très pertinent de se questionner davantage sur ce phénomène grandissant, puisque nous constatons que la population jeune ne se renouvelle plus autant qu’auparavant, au Québec. En d’autres mots, il est évident de remarquer qu’il y a une forte augmentation de la population vieillissante dans la société. C’est un phénomène qui peut être alarmant pour les générations futures dans tous les domaines.  Ces générations futures devront faire face à plusieurs conséquences, dont des conséquences économiques, politiques, démographiques, sociales et psychologiques. Notre sujet est donc important à analyser, car ce dernier traitera de la dénatalité, de la mauvaise intégration sociale, l’identité et de la santé mentale des personnes âgées au Canada et au Québec.

Contre l’austérité, pour la personne âgée!

Le 26 mars dernier, le budget provincial 2015-2016 a été déposé. Ce budget est qualifié comme un budget d’austérité. Ce dernier a pour but «d’alléger le fardeau fiscal des particuliers et des entreprises dans le but d’encourager le travail et l’investissement, stimuler l’investissement et favoriser le développement économique de toutes les régions du Québec et encourager une plus grande participation au marché du travail en assurant une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi »(Portrait Québec, 2015). Bref, son but ultime est d’éliminer le fardeau que les Québécois traînent depuis quelques années, soit notre dette publique. Pour s’y prendre, le gouvernement libéral opte pour «un resserrement de la ceinture» caractérisé par plusieurs coupures. Prenons comme exemple les coupures de quinze millions de dollars sur l’aide sociale (Daoust, 2015) et les coupures de cent millions de dollars dans les services de santé et services sociaux (David, 2014).

CCC

http://www.lapresse.ca/la-tribune/estrie-et-regions/201501/13/01-4834666-la-liste-dattente-sallonge-dans-les-chsld.php

Il est donc très important de se questionner sur les  impacts de ce budget les personnes âgées au Québec, d’ici les prochaines années. Avant le dépôt du budget, les services offerts aux personnes âgées ne répondaient déjà plus aux besoins de la population (Statistique Québec, 2012). Ainsi, on peut affirmer que des coupures comme dans le système de santé, dans les services sociaux et dans l’aide sociale ne peuvent qu’assurer une condition de vie pour les personnes âgées plus difficile. C’est pourquoi nous jugeons qu’il est important d’étudier le vieillissement de la population et le phénomène du vieillissement chez l’individu âgé au Québec et d’en comprendre les impacts et les conséquences qui en découlent. On dénote au Québec qu’une population vieillissante a recourt à plusieurs programmes d’aide sociale ou à certains services sociaux (David, 2015). Par exemple, cette population va participer aux programmes pour les personnes âgées en perte d’autonomie. De plus, il existe des programmes pour les familles voulant prendre en charge leurs parents avec l’aide de soins de santé et des subventions pour les médicaments. Bref, toutes ces aides financières dont bénéficiaient les personnes âgées vont subir des coupures sur une période de deux ans, sans compter toutes les autres coupures qui n’affectent pas nécessairement les aînés. Les personnes âgées n’ont pas accès à un revenu élevé autre que leur fonds de retraite et en considérant que certains d’entre eux avaient déjà des problèmes financiers, ces coupures budgétaires n’amélioreront pas leur situation. Ce budget  leur enlève une partie de leur revenu. Cette mesure a une vision très restrictive du rôle des aînés où ces derniers doivent être maintenus le plus longtemps possible en emploi. Cependant, au Québec, «il n’y a que 19% des personnes de 65 à 69 ans ayant un travail. Ce n’est que ces derniers qui bénéficieront de cette mesure alors que tous les autres seront pénalisés» (Tremblay-Pépin, 2015). Il ne faut pas oublier que les retraités sont souvent des proches aidants et que même s’ils ne travaillent plus, les personnes âgées contribuent aussi à leur communauté par leur importante participation sociale et que la nouvelle mesure imposée par le gouvernement constitue un net recul pour les aînés qui vont continuer de s’appauvrir en vieillissant, malheureusement.

En somme, les compressions budgétaires sont pour assurer une stabilité financière pour les générations à suivre. Toutefois, les coupures sont dirigées vers les personnes qui en ont le plus de besoin. Donc ce budget d’austérité n’est pas la meilleure solution pour contrer les dettes du gouvernement.

Emma Daoust et Pascale Cloutier

DAOUST, Jean-Phillipe. «23 choses à savoir pour comprendre l’austérité», http://www.journaldemontreal.com/2015/03/24/bilan-de-lausterite

DAVID, Françoise. «Coupes libérales en santé et services sociaux – Françoise David appelle les dirigeants du réseau à dire non!», http://www.quebecsolidaire.net/coupes-liberales-en-sante-et-services-sociaux-francoise-david-appelle-les-dirigeants-du-reseau-a-dire-non/

PORTRAIT QUÉBEC. Budget 2015-2016 – Communiqué 1 de 6 – Plan économique du Québec – Un budget équilibré et un plan économique qui donneront un nouvel élan au Québec.http://www.fil-information.gouv.qc.ca/Pages/Article.aspx?idArticle=2303266485

Statistique Québec, LE VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE : de nombreux enjeux à déchiffrer, [En ligne], http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/vieillissement.pdf(Page consultée le 1er février 2015)

 

 

 

Retour sur l’entrevue avec la chef de section adjointe du programme aide au 3e âge, Amanda Lafontaine

Le 23 mars 2015, nous avions eu un rendez-vous avec Amanda Lafontaine, chef de section adjointe du programme d’Aide au troisième âge pour la ville de Pointe-Claire à Montréal. L’entrevue s’est déroulée à son bureau, 94, avenue Douglas-Shand entre 13h et 14h. Elle travaille auprès des aînés depuis l’année 2010. Le programme d’Aide au troisième âge à la ville de Pointe-Claire existe depuis maintenant trente ans et offre plusieurs services d’entretien à domicile aux aînés de 65 ans et plus à faibles revenus seulement. Le but premier de ce programme est de garder les personnes âgées dans leur domicile le plus longtemps possible avant qu’elles soient transférées dans des centres. Le programme offre ses services gratuitement à plus de 275 aînés à Pointe-Claire. «La ville de Pointe-Claire ayant un grand nombre de personnes âgées qui résident encore chez soi, le programme d’Aide au troisième âge est très bien reconnu», me dit Amanda.

Amanda Lafontaine a pu répondre à toutes nos questions durant l’entrevue et même quelles une de plus. Nous lui avons posé, dans un premier temps, des questions personnelles par rapport à elle et son programme. Dans un deuxième temps, nous lui avons posé des questions portant sur la dénatalité du vieillissement de la population et nous avons conclu l’entrevue avec des questions par rapport à l’individu âgé et son engagement dans la société. Le but ultime de cette entrevue avec une professionnelle est de nous permettre de clairement  répondre aux questions suivantes : «Quelle est la place des personnes âgées démographiquement et quelles sont les conséquences qui en découlent?» ainsi qu’«Est-ce que les individus âgés soient exclus ou bien intégrés dans la société et quelles en sont les impacts sur leur état physique et psychologique de ces phénomènes». De ce fait, nous avons pu mieux comprendre les différentes causes de ce phénomène au Canada et au Québec de plus que les différents facteurs qui influencent les comportements liés au vieillissement de la personne. L’entrevue avec Amanda Lafontaine, nous a permis d’avoir une différente perspective sur le phénomène du vieillissement de la population. D’une part, du côté démographique de la situation, nous avions pris connaissance que le budget d’austérité n’aide aucunement le problème du vieillissement de la population. En effet, ce n’est pas un choix très judicieux de faire des coupures dans les soins de santés pour ces derniers puisque cela met finalement beaucoup de pression sur les autres organisations et programmes pour les aînés qui n’ont pas assez de subventions pour les aider. D’une autre part, au niveau de l’individu âgé, nous avions pu prendre conscience que les personnes vieillissantes veulent à tout prix rester engager dans leur société et qu’avec le taux d’espérance de vie qui ne fait que s’accroître, ces personnes restent très actives, même après l’âge de 80 ans! De nos jours, nous pouvons penser que les personnes âgées vivent un rejet social, mais au contraire, ces individus apprécient grandement les efforts entrepris par leur municipalité pour les garder engagées.

Pour avoir des informations plus amples sur le programme d’Aide au troisième âge à la ville de Pointe-Claire, veuillez consulter la page web ci-présente http://www.ville.pointe-claire.qc.ca/en/seniors-activities/aid-for-seniors.html, ou contacter Amanda Lafontaine au 514-630-1248.

 

Emma Daoust et Pascale Cloutier

L’occupation du territoire québécois dans quelques années

Depuis les années 1960, au Québec, on observe que la population vieillie. Ce phénomène peut s’expliquer par deux raisons, la première étant que la population vieillie, car l’espérance de vie croit considérablement depuis quelques années. En environ 50 ans l’espérance de vie a augmentée d’approximativement 20 ans (Statistiques Québec, 2012). L’augmentation de l’espérance de vie en si peu de temps se caractérise principalement par une grande avancée technologique, qui permettra  de prolonger la vie des individus. Toutefois, celle-ci n’assure pas nécessairement une meilleure qualité de vie (Légaré, 2009). Ensuite, la deuxième raison d’une population vieillissante au Québec s’explique par un faible taux de natalité au Québec et au Canada, mais aussi dans la majorité des pays de l’occident, on peut observer le même phénomène. (Statistique Québec, 2012) Ce faible taux de natalité peut s’expliquer par plusieurs facteurs; le fait que les femmes peuvent maintenant s’instruire et travailler, mais aussi par les idéologies véhiculées par la société soit le capitalisme et l’individualisme, qui encourage le travail et le capital avant les valeurs familiales, par exemple. Il y a plusieurs conséquences reliées au vieillissement de la population dont l’une d’entre elle est l’occupation du territoire.

D’abord, la problématique qui survient lorsqu’on parle d’occupation du territoire et du vieillissement de la population, est de connaître les endroits où nous pourrons loger nos aînés. Est-ce dans les CHSLDS, dans les maisons de retraites, dans les maisons de soins palliatifs ou dans les hôpitaux? Présentement, les personnes âgées préfèrent demeurer dans leurs logements le plus longtemps possible pour éviter de se retrouver dans ces établissements, car ils ont mauvaises réputations (Statistique Québec, 2012). Par exemple, lorsqu’on parle de CHSLDS, ce qui nous vient à l’esprit sont les cas de maltraitance des aînés. Dans le cas des hôpitaux, où notre système est présentement surchargé, donc les aînés ne savent plus où se tourner pour recevoir des soins autres que les soins à domicile, qui sont actuellement affectés par les politiques d’austérité du gouvernement libéral (Statistique Québec, 2012). De ce fait, on peut donc assumer que ce sera encore plus difficile pour les séniors de recevoir des soins à domicile puisque le gouvernement envisage faire des coupures dans les aides sociales tels que les programmes pour personnes âgées en perte d’autonomie et des coupures pour les femmes voulant prendre en charge leurs parents (David, 2015). Enfin, il faut s’assurer, selon Amanda Lafontaine, Chef de section pour le programme d’aide au 3ième âge à la Ville de Pointe-Claire, que chaque municipalité possède un CHSLD, car ce ne sont pas toutes les municipalités du Québec qui en détiennent un et pour ceux qui en n’ont pas, les personnes âgées doivent quitter leurs logements et déménager dans une autre ville ou municipalité. Elle affirme, en plus, que les personnes âgées n’aiment pas le changement donc ils préfèreraient demeurer dans leurs logements même si ce n’est pas conseillé. Bref, il est important qu’on pense à leur bien-être, car d’ici quelques années, ils représenteront le quart de notre population.

Ensuite, en plus d’observer le désir de rester dans leurs logements jusqu’à plus longtemps, la société de l’habitation constate que les jeunes retraités, soit les personnes âgées faisant parties du 3ième âge, la catégorie des 65 à 75 ans, donc les baby-boomers recherchent une maison en banlieue (Légaré, 2011). En d’autres mots, les nouveaux retraités, donc ceux en bonne santé et profitant d’un meilleur revenu, se dirigent vers les banlieues. Ceci crée une énorme problématique concernant l’occupation du territoire et fait naitre plusieurs questionnements sur les déplacements démographiques de la population. Bref, la société d’habitation avance aussi que « la période qui s’amorce est celle de la réorganisation de la banlieue. Les aînés sont en plus forte concentration dans les secteurs de bungalows que dans les secteurs où la majorité des ménages résident en appartement.» (Légaré, 2011). En effet, le fait que les personnes âgées préfèrent les banlieues créent une problématique face à l’occupation du territoire puisque les jeunes, les ménages et les étudiants, sont plutôt attirés par les logements en ville donc nous nous retrouverons avec une concentration de jeunes en ville et de personnes âgées en banlieue. Ce conflit d’intérêt affecte l’occupation du territoire négativement puisque les personnes âgées sont plutôt attirées par les bungalows que les appartements. Ainsi, les municipalités devront faire un réaménagement selon la demande. De plus, le fait que les personnes âgées quittent les villes pour s’installer en banlieue augmente les chances de disparition de certaines petites municipalités de banlieue. Il n’y aura pas assez de jeunes pour assurer la survie de la municipalité (Marceau, 2012). C’est pourquoi, il faut trouver une solution contre flux migratoire de la population, il faut que les régions rurales restent peuplées sinon toute la population québécoise sera concentrée dans les grandes villes.

En somme, la corrélation entre l’occupation du territoire et le vieillissement de la population n’est pas très recherchée puisque ses conséquences seront probablement perçues à long terme. Il est donc difficile d’affirmer quelque chose par rapport à cette problématique, car tout peut changer.  Toutefois, la direction que prennent les choses indiquent que d’ici peu nous ferons face à plusieurs problèmes démographiques et géographiques dans notre société, qui risque d’influencer non seulement la politique et l’économie si toute la population est concentré dans les grandes villes et dans les plus proches banlieues, qu’adviendra-t-il  du reste du reste du territoire et que fera-t-on avec le surplus de population en caracteristique_menage1ville?

 

 

 

 

Société de l’habitation du Québec, Les caractéristiques des ménages québécois et l’habitation, Distribution des ménages selon le groupe d’âge du principal soutien, Québec, 1981, 2006 et prévision 2031.

 

Pascale Cloutier

Médiagraphie

LÉGARÉ, Jacques. « Le vieillissement des populations : incontournable certes… mais un plus, s’il est géré dans un esprit d’éthique intergénérationnelle », Lien social et Politiques, [En ligne], Numéro 62, 2009, p. 15-28, dans Érudit (Page consultée le 1er février 2015)

LÉGARÉ,Odile. « Le vieillissement de la population de le logement : exploration en banlieue », Société habitation du Québec, [En ligne],2, printemps 2011 http://www.habitation.gouv.qc.ca/fileadmin/internet/publications/H01152.pdf (consultée le 1 mars)

MARCEAU, Karina. Les petites municipalités québécoises en voie de disparition, Québec, Kilomètre- zéro, saison 2, 25 jan. 20120, 22 :55 min, télé-Québec

STATISTIQUE QUÉBEC, naissance et fécondité [En ligne], http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/naissance-fecondite/index.html

Statistique Québec, LE VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE : de nombreux enjeux à déchiffrer, [En ligne], http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/vieillissement.pdf(Page consultée le 1er février 2015)

STATISTIQUE QUÉBEC, CONDITIONS DE VIE : Portrait social du Québec, [En ligne], http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/portrait-social2010.pdf#page=29

Un meilleur système de santé ?

Au Québec, nous avons la chance de bénéficier d’un système de santé accessible à tous et à bas prix ou même gratuit. C’est en 1969, que La Régie d’assurance maladie a été instaurée pour desservir toute la population Québécoise. Elle est partenaire de notre système de santé et elle a pour but d’améliorer ces services. « La Régie de l’assurance maladie du Québec est au service des 7,7 millions de personnes couvertes par son régime d’assurance maladie. Sur ce nombre, environ 3,5 millions sont également inscrites au régime public d’assurance médicaments. » (RAMQ, 2014) En d’autres mots, plusieurs québécois profitent de La Régie, alors pourquoi en 2014, 62 % de la population a affirmé être insatisfait du système de santé. (Radio-Canada, 2014)  C’est parce que, notre système de santé est placé au 8ième  rang au Canda, donc l’avant dernier : «  une enquête effectuée par le « Commonwealth Fund » auprès de la population et auprès des médecins de première ligne. Selon l’enquête faite auprès de la population, le système de santé québécois se classe parmi les plus performants sur deux des onze composantes analysées, dans la moyenne des provinces sur une composante et parmi les systèmes les moins performants sur les huit autres composantes. » (Lamarche, 2012) Certes, le système de santé publique a ses défauts, car il se trouve présentement surchargé par rapport à la demande de soins et l’offre possible de médecins.

D’abord, on peut constater qu’il y a quelques défaillances dans notre système de santé actuel, telles que l’attente, l’accès à un médecin de famille et les pénuries de médecins. Cela peut s’expliquer par le vieillissement de la population québécoise. D’une part, on observe une longue période d’attente à l’urgence, soit 4 h 22 en moyenne au Québec  (Lacoursière, 2014). D’autre part, l’achalandage dans le réseau de la santé peut se justifier par les retraites prises par le personnel autant les médecins que les infirmières. C’est pourquoi, on a une pénurie de main d’œuvre dans le système de santé, puisque la population est vieillissante, il n’y a pas assez de nouveaux médecins ou de nouvelles infirmières pour contrer le nombre de retraites prises à chaque année. On se retrouve alors avec un grand pourcentage de personnes âgées nécessitant des soins, mais pas assez de spécialistes pour les traiter, ce qui explique les attentes incessantes et les pénuries de travailleur. Enfin, on ne peut que se demander quelles seront les solutions futures apportées par les gouvernements à venir ?

Ensuite, on remarque que lorsque les individus de population québécoise ont besoin de subir une chirurgie ou de se faire traiter dans les plus brefs délais, ils ont recours au secteur privé plutôt qu’au secteur public selon Amanda Lafontaine, Chef de section pour le programme d’aide au 3ième âge à la Ville de Pointe-Claire. Alors, face à cette problématique, on se questionne sur l’importance des soins de santé privés. Ils sont, à la base, contre nos valeurs de société, puisque nous avons établi la Régie de l’assurance maladie du Québec qui avait pour but de répartir la richesse des québécois et de permettre à tous de bénéficier d’un système de santé de haute gamme. La RAMQ encourage l’équité de tous individus devant la santé. Toutefois, ce système public ne répond plus aux attentes de la population, mais si nous favorisons le système privé, il limiterait l’accès aux soins de santé à certains. Les personnes âgées seraient directement touchés par cela, car ils consomment plusieurs médicaments et visitent les cliniques de santé régulièrement (RÉF). Alors, en tant que société, il faut se poser la question que voulons-nous ? Que le gouvernement réorganise notre système de santé publique pour favoriser une meilleure accessibilité ou bien,  laissez-tomber le système de soins de santé publique pour un système privé, qui réduira les dépenses du gouvernement en santé et les redistribuera différemment.

Puis, on signale qu’ « Au Québec, entre 2006 et 2031, le besoin de soins de longue durée serait multiplié par 2,2, ce qui représente une augmentation de l’ordre de 120 %. » (Choinière, 2012) La demande de soins de long durée ne cesse d’augmenter et comme, on mentionnait plus haut il y a une pénurie de médecins et d’infirmières actuellement au Québec. Alors, au rythme où la demande augmente pour des soins de longue durée, on se retrouve face à une énorme problématique qui est : Qui va prendre soin de nos aînés si actuellement, nous sommes en pénurie et qu’ils continuent d’augmenter en nombre ?

En somme, le vieillissement de la population au Québec affecte de près ou de loin notre réseau de santé. Il faut donc se questionner sur la problématique et évaluer quelle solution est la plus favorable pour notre société. Sachant que « Les dépenses absolues sont effectivement plus élevées pour les personnes âgées de plus de 65 ans que pour celles âgées de 20 à 64 ans. », devrait-on privilégier des soins de santé gratuits avec une meilleure structure ou, des soins de santé privés, qui empêcheront plusieurs d’y en avoir accès ?

Pascale Cloutier

Médiagraphie

Choinière, Robert.  Vieillissement de la population, État fonctionnel des personnes âgées et besoins futur en soins longue durée au Québec, [En ligne], Montréal, Institut national de santé publique Québec, 2012, 53 p, dans BANQ (Page consultée le 1er février 2015)

 

LACOURSIÈRE, Ariane. « Urgences: une attente de 4h22 pour les patients ambulatoires », [En ligne],http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201406/11/01-4774973-urgences-une-attente-de-4h22-pour-les-patients-ambulatoires.php

LAMARCHE, Paul. «Comment va le système de santé québécois ?», [En ligne],Édition, vie, économie, http://www.eve.coop/?a=115

RADIO-CANADA. « Un système de santé insatisfaisant»,  [En ligne],http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2014/2014/03/11/001-sondage-elections-systeme-sante.shtml

RÉGIE D’ASSURANCE MALADIE DU QUÉNEC, La mission, [En ligne],http://www.ramq.gouv.qc.ca/fr/regie/Pages/mission.aspx

Statistique Québec, LE VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE : de nombreux enjeux à déchiffrer, [En ligne], http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/conditions-vie-societe/vieillissement.pdf(Page consultée le 1er février 2015)