Archives de catégorie : L’homoparentalité: ses enjeux socio

Éditorial: L’homoparentalité et sa place dans le monde d’aujourd’hui

Depuis les 40 dernières années, l’homoparentalité est le sujet de grands débats. Pour certaines personnes, ce sujet est encore tabou.  En effet, les sociétés portent un regard particulier sur l’homosexualité.  Surtout si ceux-ci veulent fonder une famille. L’homoparentalité est un sujet rempli de préjugés, comme l’idée selon laquelle les parents homosexuels risquent de mal  élever leurs enfants. Ou encore que ceux-ci deviennent à leur tour homosexuels. ( Fassin 2008) Nous visons ainsi à briser les préjugés qu’on se fait sur l’homoparentalité. L’enjeu premier de ce débat reste l’intérêt des enfants.  Homoparentalité désigne une situation familiale où au moins un adulte serait homosexuel et est parent d’au moins un enfant (Gross, 2003).  Mis à part l’orientation sexuelle de ce parent, il n’y a aucune différence entre l’homoparentalité et la parenté, alors pourquoi est-il si important de les séparer?

Nous allons ainsi aborder la dimension sociologique, psychologique, politique et géographique de la question.  Cala va nous permettre de comprendre comment peut évoluer un enfant dans un cadre de parent de même sexe. Sur le plan sociologique, il s’agit de comprendre  comment ce nouveau modèle de la famille réussit à s’intégrer au niveau social. D’une autre part au niveau psychologique, on vise à comprendre les impacts sur le développement de l’enfant.

Au niveau politique, le Canada a une grande avance pour la reconnaissance des droits des parents homosexuels dans le monde.  Ne pas avoir de droits légaux d’adopter des enfants, de pratiquer l’insémination ou même le simple droit d’être reconnu légalement comme étant un couple homosexuel est dévastateur et discriminatoire pour les minorités sexuelles (Descoutures et autres, 2008).  D’un point de vue géographique, l’exode urbain de la communauté gaie illustre bien que la modernisation des mœurs est nécessaire pour l’intégration des minorités sexuelles, car une fois bien acceptée par sa communauté, les couples homosexuels voulant fonder une famille, sont prête à quitter les métropoles pour élever leurs enfants tout comme le fait les familles hétérosexuelles (Leroy, 2005).

Nous avons ainsi un regard critique sur la question, notamment parce que l’homoparentalité constitue une dérivation du modèle commun de parents (avec un père et une mère). (Ambert, 2003)  Le fait d’avoir deux parents de même sexe ne constitue pas un traumatisme en somme pour l’enfant.   Alors, pourquoi toujours vouloir différencier homoparentalité et parentalité?  Nous pensons que ce terme devrait disparaitre peu à peu pour simplement laisser place à la parentalité, peu importe l’orientation sexuelle des parents.

Une publicité anglaise pour l’homoparentalité qui des préjugés.

Vincent Coutu et Sofia Jaafar

Médiagraphie :

Livre :

DESCOUTURES, Virginie, et al., Mariages et homosexualités dans le monde, Paris, Édition Autrement, 2008, 220 p. (Coll. Mutation/sexe en tous genres)

GROSS, Martine, L’homoparentalité, 1er éd., Paris, Presse Universitaires de France, 2003, 121p. (Coll. Que sais-je?)

FASSIN, Éric, L’Inversion de la question homosexuelle, Paris, édition Augmentée, 2008

AMBERT, Anne- Marie, Les couples de même  sexe et Les famille homoparentales, Tendances contemporaines de la famille, Université York, L’Institution Vanier de la famille, 2003

Article :

LEROY, Stéphane, « Le Paris gai. Éléments pour une géographie de l’homosexualité », Annales de géographie, [En Ligne],  vol. 649 (6/2005), p. 579-601, dans CAIRN (Page consultée le  4 mars 2015)

VECHO, Oliver , Homoparentalité et développement de l’enfant : bilan de trente ans de publications, Presse Universitaire de France, Janvier , 2011, [En ligne] , http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PSYE_481_0271&DocId=185866&Index=%2Fcairn2Idx%2Fcairn&TypeID=226&BAL=an.8E0%2FGqJ.JQ&HitCount=28&hits=5869+585c+5689+5623+5548+4d7d+4958+3ee7+3ed2+3480+3224+3199+3096+2f86+2db8+28cc+27f1+20bf+1d7f+d29+c06+8ca+8a3+7c0+3c2+3a7+c0+1+0&fileext=html#hit1,(consulté le 3 février 2015)

Retour sur un entrevue d’un représentant syndical

Source: http://pixabay.com/p-437513/?no_redirect
Source: http://pixabay.com/p-437513/?no_redirect

Afin de vérifier nos connaissances sur le sujet de l’homoparentalité, nous avons eu en entrevue un membre d’un syndicat qui a dû défendre une employée homosexuelle qui a eu de la difficulté à obtenir un congé pour s’occuper de sa conjointe.  Pour des raisons de confidentialité, nous ne divulguerons pas les noms des personnes interrogés, le nom de l’entreprise et le nom du syndicat.

Les employés de l’entreprise ont droit de prendre des congés d’obligations familiales, ce qui consiste en un congé pour s’occuper d’un membre de sa famille en cas de maladie, naissance d’un enfant, ou autres obligations similaires.  Dans le cas de notre entrevue, l’employée a fait une demande de congé d’obligation familiale, mais c’est retrouvé à justifier la raison de son congé.  En temps normal, la demande est acceptée rapidement et sans questions.  L’employeur a donc commencé à poser des questions indiscrètes à l’employée, qui ne s’était pas encore affirmée comme étant lesbien et en relation avec une autre femme.  Se sentant discriminée, elle a demandé de l’aide auprès de son syndicat pour que cette situation ne se reproduise pas à l’avenir pour ne pas embarrasser d’autres employés qui ne veulent pas s’affirmer dans leur milieu de travail, de crainte de se faire ridiculiser.  Heureusement, intervention fut brève et les employeurs de l’entreprise se sont sensibilisés sur ce point.  Nous avons également appris qu’il est possible aux employés homosexuels des entreprises, syndiqués, de fonder une famille sans obstacle ont points de vue des droits auxquels ils ont droit et que certaines branches des syndicats se spécialisent dans la protection des droits des employés homosexuels et que diverses ressources leur sont accessible.  L’une de ces organisations qui viennent en aide à la communauté gaie du Québec est la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) http://www.cdpdj.qc.ca/fr/droits-de-la-personne/motifs/Pages/orientation-sexuelle.aspx.  Il existe également beaucoup d’autres ressources auxquelles les travailleurs homosexuels du Québec peuvent se tourner en cas d’injustice ou de discrimination.  Heureusement pour nous, le Québec est beaucoup plus avancé sur l’acceptation de l’homosexualité que la majorité des autres pays du monde.

 

 

L’homoparentalité au niveau psychologie

Beaucoup individus se posent la question de l’impact psychologique que peut avoir l’homoparentalité sur le développement de l’enfant. En effet, ce modèle familial particulier est considéré différent du modèle hétéroparental et il n’est donc pas immédiatement acquis que l’enfant se développera de la même façon . Ainsi nous allons essayer d’élucider ce mystère qu’est l’homoparentalité. Nous allons ainsi parler autant du développement affectif de l’enfant , de son développement l’identité du genre , que du type d’attachent qu’il a besoin pour son développement

Wikimedia Commond, « Gender symbols for homosexuality (lesbians & gay men) », 2012, [En ligne], http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Homosexuality_symbols.svg?uselang=fr (consulté le 25 avril 2015
Wikimedia Commond, « Gender symbols for homosexuality (lesbians & gay men) », 2012, [En ligne], http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Homosexuality_symbols.svg?uselang=fr
(consulté le 25 avril 2015

En premier lieu , le fondement du développement affectif et social de l’enfant ,autant dans le cadre d’une famille homosexuelle que d’une famille hétérogène, est le résulte de l’interaction entre l’enfant et son environnement. Chaque enfant est unique et développe sa propre conscience de soi. ( Papilia et Feldman , 2014) . La conscience de soi est la capacité chez l’enfant de prendre conscience de lui-même et de comprendre qu’il est un être unique doté de caractéristique spécifique qui le différencie des autres . C’est ainsi l’apparition du moi subjectif( ou moi existentiel) chez l’enfant. ( Papilia et Feldman , 2014) . Il commence à comprendre qu’il est un être séparé de son entourage et qu’il peut agir sur son environnement. Cependant , ce n’est qu’à l’âge de 15 à 24 mois que l’enfant devient pleinement conscient qu’il est un individu à part entière et cherchent à identifier les caractéristiques qui le différentient des autres. C’est apparition de son moi objectif . Une fois son identité du moi affirmer, l’enfant se fait son identité de genre. ( Papilia et Feldman , 2014) C’est là que dans un contexte de parents homosexuel le problème se pose pour plusieurs des individus .

 

Ce qui nous amène à parler de la formation de l’identité sexuelle chez l’enfant . D’un point de vue théorique , identité sexuelle de l’enfant constitue une étape importante du développement de l’enfant . Cela est donc un processus par lequel enfant réalise son sexe biologique et commence à adopter des comportements propres à son sexe..( Papilia et Feldman , 2014)

 

L’entourage de l’enfant joue un rôle prépondérant sur la construction et l’édification de l’identité sexuée de l’enfant. Bien avant que celui-ci ait conscience de son identité sexuée, elle existe dans l’esprit de ses parents. Le monde sexué autour de l’enfant, au sein duquel les parents prennent toute leur place permet au jeune de trouver son rôle et son image, et ce quelle que soit la composition de la famille dans laquelle il vit au quotidien. L’enfant n’a pas seulement besoin de la différence homme/femme, mais aussi d’être confronté à des rôles parentaux distincts. Or, il ne faut pas confondre ces rôles parentaux avec le sexe des parents.

 

L’idée qu’un enfant puisse avoir deux papas ou deux mamans apparaît choquante aux yeux de certains, du fait d’une confusion entre géniteurs et parents. (Ambert 2003) Ceux qui sont le plus ébranlés imaginent que les couples homosexuels feraient croire à leurs enfants qu’ils sont à la fois leurs parents et leurs géniteurs (Vecho , 2011) ce n’est évidemment jamais le cas. Le problème vient des repré­sentations sociales qui définissent la parenté à partir de la procréation et des liens de sang.

 

Ainsi l’identité sexuelle des parents ne nuit aucunement à l’enfant. Par exemple, si un petit garçon à deux mères, il ne deviendra aucunement efféminé à cause de la structure particulière de sa famille.Se sentir fragiliser face à sa féminité ou sa masculinité ne dépend pas de l’orientation sexuelle des parents.Cette difficulté à s’identifier à son sexe biologique relève de trouble personnel de l’individu lui-même . Comme c’est notamment le cas de la transsexualité et n’a donc aucun rapport avec le fait d’avoir des parents homosexuels. De plus, selon plusieurs recherches, le développement de l’homosexualité n’a aucun rapport avec la socialisation des parents puis que c’est un sentiment inné. ( Papilia et Feldman , 2014)

 

D’un autre point de vue, il est important pour l’enfant de pouvoir avoir une figure masculine et féminine concrète, et cela de manière fréquente pour pouvoir comprendre certains rôles et comportements propres à la nature stéréotypée de la société . Ces figures se font naturellement à travers les tantes, les oncles , les ami(e)s …

 

La plupart des sources que j’ai pu lire affirment que le fait d’avoir un père ou une mère est très important pour l’enfant , car ces derniers proposent un style d’échange différent pour l’enfant . Les deux parents ne sont donc pas équivalents dans le registre émotionnel et comportemental. ( Papilia et Feldman , 2014) ; Il y a des  différences biologiques entre les hommes et les femmes , autant sur le plan culturel que social, il y a des différences comportementales importantes entre les deux. Les mères seraient plus sécurisantes et plus verbales. Alors que les pères seraient davantage orientés vers l’action (Lamb, 2004) . À travers ces figures , l’enfant affirme son identité personnelle et affective . Cependant , il n’est aucunement spécifié si ce rôle doit être spécifiquement masculin ou féminin. ( Papilia et Feldman , 2014). Les parents homoparentaux sont conscients de cet obstacle pour leurs enfants. Ils s’assurent ainsi que leurs enfants puissent avoir ce dont ils ont besoin . Souvent dans les couples homosexuels parents ses derniers adoptent des comportements différents avec l’enfant, selon leurs intérêts , et ainsi comblent ce manque.

 

Pour finir, attachement est une chose très importante pour le développement de l’enfant. Pour la théorie de l’attachement décrite par Bowling, la construction du lien d’attachement dès les premiers mois de vie va dépendre de la capacité de la figure d’attachement à s’adapter et à répondre aux signaux du bébé. (Vecho, 2011)  Les parents sont décrits comme des soignants qui vont permettre à l’enfant d’acquérir une sécurité interne. Une place importante est accordée à la qualité de l’attachement , elle-même en lien avec les représentations internes du parent quant à sa disponibilité affective et à sa sensibilité. L’enfant peut , par ailleurs , créer un lien d’attachement avec différentes personnes et peut avoir un style d’attachement différent avec les différents parents (par exemple, sécurité avec sa mère et insécurité avec son père, ou inversement). Ainsi, pour cette approche, l’idée dominante est que l’enfant puisse se tourner vers une figure d’attachement principale , qui est adaptée à son besoin de réconfort ; la différence des sexes n’est pas mise en avant dans la construction de la sécurité de l’attachement chez le jeune enfant. Donc, cela importe peu que les parents soient deux ou deux hommes. (Ambert, 2003)

 

En somme, bien qu’il y a des différences indéniables entre les familles hétérosexuelles et homoparentales, ces derniers ne sont pas à négliger pour autant. La famille homoparentale est une nouvelle structure qui s’ajuste aux besoins de leurs enfants. Ainsi, malgré les préjugées, les enfants peuvent avoir un environnement parfaitement adapté pour leur développement.

Sofia Jaafar- 28 Avril 2015

 L’enfant est aussi heureux dans une famille homoparentale que hétéro-sexuelle

 

Médiagraphie:

Livre

  • Papalia, E . Diane et Feldman , D. Ruth , Pychologie du dévloppement humain, Edition Cheneliére Education , Québec, 8eme édition , 508 pages.
  • Anne- Marie Ambert , Les couples de même sexe et Les famille homoparentales, Tendances contemporaines de la famille ,Université York, L’Institution Vanier de la famille , 2003
  • Crooks, Robert et Baur, Karla , Nos Sexualités , Edition Modulo, Québec, 2eme édition, 454 pages.

Articles

  • Vecho Oliver , Homoparentalité et développement de l’enfant : bilan de trente ans de publications, Presse Universitaire de France, Janvier , 2011, [En ligne] , http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PSYE_481_0271&DocId=185866&Index=%2Fcairn2Idx%2Fcairn&TypeID=226&BAL=an.8E0%2FGqJ.JQ&HitCount=28&hits=5869+585c+5689+5623+5548+4d7d+4958+3ee7+3ed2+3480+3224+3199+3096+2f86+2db8+28cc+27f1+20bf+1d7f+d29+c06+8ca+8a3+7c0+3c2+3a7+c0+1+0&fileext=html#hit1,(consulté le 3 février 2015)

Site

L’homoparentalité au niveau sociale

La mutation des sociétés amène l’apparition de nouveaux phénomènes qui traduisent l’évolution des hommes . Cependant , l’émergence de certains nouveaux comportements peuvent amenaient avec eux des préjugés . Nos sociétés doivent ainsi s’habituer à ce nouveau schéma de nos sociétés.

 L’un de ces phénomènes émergeant dans nos sociétés est l’homoparentalité. Les familles homoparentales ne rentrent pas dans le modèle naturaliste dans lequel les parents sont censés être les géniteurs de leurs enfants. L’homoparentalité dérange parce qu’elle est contraire à la filiation de la sexualité. D’un point de vue sociologique, il est naturel que la question de l’homoparentalité fasse débat, car la parentalité a toujours occupé une place très importante dans la société à partir du moment ou elle implique la notion de famille, structure fondamentale de la société. Ce type de changements marque l’ouverture à de nouveaux types de parentalité. Cette nouvelle constitution de la famille est vue par certaines personnes comme une déviance au système de la famille. Quand nous parlons de déviance, nous parlons d’un choix délibéré d’un individu de se conduire de façon contraire aux conduites dominantes de la société. ( Laferté , 2013). L’homoparentalité est ainsi vue comme une déviance à l’encontre du schéma normal de la filiation de la famille fondé sur l’idée qu’une famille est formée d’un père et d’une mère .( Corriveau et Daoust, 2011)

Caitlin Chids, «parents »,2008 , [En ligne],https://www.flickr.com/photos/nerdcoregirl/2627330472/, (consulté le 23 avril 2015)
Caitlin Chids, «parents »,2008 , [En ligne],https://www.flickr.com/photos/nerdcoregirl/2627330472/, (consulté le 23 avril 2015)

Ainsi l’homoparentalité , en ne se conformant au schéma sexuel de la masse majorité de nos sociétés , elle tombe ainsi dans la marginalité. L’individu qui ne se conforme pas à la culture dominante de sa société ou de son groupe d’appartenance , il devient marginal. De ce fait , ces derniers vivent hors des normes sociales de leur milieu. C’est ainsi que les marginaux ne choisissent de l’être. ( Laferté , 2013) Dans le cas des parents homosexuels, cette marginalité est subjective puisqu’elle dépend de la société où ces derniers vivent. Dans le cas du Québec , on ne constate pas une grande persécution de ce nouveau schéma de la famille . En effet , nous sommes l’un des endroits où l’homosexualité est le mieux acceptée . Les familles homoparentales voient leur situation et leur modèle se modifier et s’améliorer. Notamment avec la décriminalisation d’homosexualité et la légalisation du mariage gai. Il y a quelques années, comme les couples homosexuels n’étaient pas reconnus par la société, la parenté des couples homosexuels se faisait principalement dans un contexte hétéroparental. Aujourd’hui la société tend de plus en plus à accepter un nouveau modèle autonome de famille homoparentale, ce qui facilite et stabilise la formation de ce type de familles.

Cependant , ce n’est pas le cas dans tous les pays du monde, notamment dans les pays d’Afrique et du Moyen-Orient où homosexualité est encore un sujet tabou. Dans ce cas, l’homoparentalité peut être stigmatisée . En outre , c’est le marquage social de l’individu qui conduit à sa mise à l’écart de la société . ( Laferté , 2013) Ainsi tout c’est forme de stigmatisation de l’homoparentalité et la mise en marginalité de celle-ci sont le fruit de plusieurs préjugés que les individus envers celle-ci. D’une part, les gens pensent les enfants de parents homosexuelles deviennent homosexuelle à leur tour . Cela est complètement faux . «  Cette crainte est due au fait que beaucoup de gens pensent que l’orientation sexuelle dépend des parents » (Anderssen et al , 2002) . Plusieurs études ont prouvé que autant dans une famille homoparentale qu’ une famille hétérosexuelle nous retrouvons le même pourcentage ( de 5% à 15% ) d’enfants homosexuelles .(Ambert, 2003) Le fait d’avoir des parents homosexuels rends sans aucun doute l’enfant plus ouvert face à sa sexualité. Il aura ainsi plus de tolérance face à la différence sexuelle et aura tendance à beaucoup plus explorer ses options à l’adolescence . Cependant rien ne prouve qu’à l’âge adulte l’enfant à plus tendance à être homosexuel.

D’autre part , les individus craignent les parents homosexuels agressent leurs enfants. Ce préjugé est dénué de fondement . Plusieurs recherches faites ( notamment , Stacey et Biblarz,2001; Anderssen et al. 2002et Crowl et al. 2008 , ainsi que d’autres recherches plus récentes : Bos ,2010) prouvent le contraire . Certains en même était faite auprès de pères homosexuels ,dont Erich et al. ,2009, Gartrell et Bos, 2010 et Golombok et Badger 2010. ( Rail et Roussy, 2011) Ainsi, aucune étude n’a réussi à prouver que les parents homosexuels agressent leurs enfants. Ce préjugé est complètement dénuer de sens. Les parents homoparentaux aiment leurs enfants et les traitent aussi bien que leurs parents hétérosexuels.

Toutes ces formes de craintes sont alors que le reflet des préjugés de nos sociétés qui connotent tout simplement l’ignorance de ces dernières faces à ce sujet. Nous pouvons ainsi craindre que les enfants soient exposés au rejet social. Le risque que les enfants soient exposés à l’homophobie ou stigmatisés à cause de leurs parents est une objection à l’homoparentalité régulièrement entendue. C’est la première inquiétude des homosexuels et des lesbiennes qui veulent fonder une famille. (Berger, 2014) Même si ses parents lui ont expliqué que certaines personnes haïssent la différence au point d’être racistes ou homophobes, et lui ont présenté la nécessité de choisir les personnes auxquelles parler de ses parents, un enfant peut se trouver confronté à une réaction homophobe qui le blesse. Cependant bien que l’enfant à l’âge d’aller à l’école peut subir de l’intimidation lors de sa jeunesse, il n’y a aucune étude qui à réussit à prouver l’enfant de parents homoparentaux , à l’âge adulte, aurait pu avoir des dommages affectifs et psychologiques concernant l’homosexualité de leurs parents . Ceux sont souvent des adultes accomplis qui sont alaise avec la particularité de leur structure familiale. (Fassin, 2008)

Pour conclure, l’homoparentalité a réussi s’imposer dans notre société occidentale, malgré sa marginalité. Ainsi, il n’y a pas de différences critiques ou alarmantes entre les parents hétérosexuels et les parents homosexuels. Les préjugés que les gens ont sont tout simplement de l’ignorance qui créer une forme de crainte chez ces derniers. L’homoparentalité est donc une minorité qui s’impose malgré la pression sociale

Sofia Jaafar-28 Avril 2015

Voici un site qui vous permettra de répondre un peu plus à vos questionnement sur l’homoparentalité.

http://www.educaloi.qc.ca/capsules/les-parents-de-meme-sexe-et-la-loi 

 

 Médiagraphie

Livre

  • Corriveau Patrice et Daoust Valérie, La régulation sociale des minorités sexuelles (L’inquiétude de la différence ,Canada, Presses de l’Université de Québec ,2011 ( collection Sante en Société).
  • Anne- Marie Ambert , Les couples de même sexe et Les famille homoparentales, Tendances contemporaines de la famille ,Université York, L’Institution Vanier de la famille , 2003
  • Fassin Eric , L’Inversion de la question homosexuelle,Paris , édition Augmentée, 2008
  • Laferté Nathalie , Recueil de textes Société et culture , Cegep Gérald Godin, Automne 2013, 122 pages.

Site